Vous êtes ici

Bilan d'une action phare pour le saumon du bassin de la Loire

 

Bilan des campagnes de captures de géniteurs au printemps à Vichy

   47 individus ont été transférés au Conservatoire au printemps 2018. Le seuil de 100 saumons à capturer en 2018 sur l’Allier, permettant de constituer le pool de géniteurs sauvages n’a donc pas été atteint. L’augmentation des captures de 10 à 15% des remontées constatées à Vichy permet toutefois d’accroitre de manière significative le nombre de saumons piégés.

   Avec près de 3 poissons sur 4 présentant des blessures sérieuses ou un état fortement dégradé, l’état sanitaire est assez proche de 2008 et 2016, pires années depuis les campagnes de capture à Vichy. Cet état sanitaire, plus que catastrophique permet en partie d’expliquer la très faible proportion d’adultes observés sur frayères par rapport aux passages à Vichy.

   Alors que depuis 2010, seulement 6 % environ du contingent de saumon à Vichy était capturé pour constituer le pool de géniteurs sauvages (38 individus en moyenne/an (+/- 15)), ce taux est passé à 10 % en 2017 puis à 12 % cette année.

 

Stabulation-reconditionnement des géniteurs sauvages

   109 géniteurs capturés au stade adulte à Vichy sont présents au Conservatoire et participeront à la reproduction 2018.

   Le taux de survie des poissons capturés au printemps 2018 est de 88 % pour les mâles et de 87 % pour les femelles alors que la survie moyenne (2010 à 2017) des mâles à la même période est de 94% et celle des femelles de 89 %.

   Un male et une femelle réalisent en moyenne (2001 à 2016) respectivement 1.38 et 2.29 pontes au CNSS.

Contrôle de la qualité des juvéniles

   Lors du contrôle qualité, la totalité des smolts répondait aux critères de qualité, aucun individu n’a été déclassé.

 

Nombre

Longueur moyenne

Poids moyen

Facteur condition

Déclass. nageoire

CNSS 2018

12 031

136 mm

27.0 g

1.06

0.0 %

 

Chargement des incubateurs et déversements des smolts et des alevins

   Les cinq incubateurs situés en aval de Langeac et à Roanne sur le Renaison ont été mis en charge cette année les 16 février et 1er mars.

   La totalité des smolts est dorénavant lâchée sur la Gartempe. Les retours de ces poissons sont faibles mais représentaient toutefois 45% des poissons comptabilisés sur la Creuse en 2015 (91 individus) et 37% en 2016 (41 individus). Il est intéressant de noter que suite au changement de stratégie de déversement des smolts à l’aval du Moulin Berger (Bussière-Poitevine) le taux de retour a considérablement augmenté. 12 018 smolts ont été déversés sur l’ensemble du bassin.

 

Déversements d’alevins

Moyenne 2010-2017

Ecart type 2010-2017

2 018

Alagnon

129 996

55778

0

Allier

382 179

38404

437 897

Arroux

79 254

5858

70 586

Dore

73 404

21831

52 527

Gartempe

183 495

37240

132 267

Sioule

159 092

24996

152 202

Total

1 007 421

104796

845 479

 

   76 % des alevins issus du CNSS et à la pisciculture du Verger ont été déversés dans le bassin de l’Allier et respectivement 15 et 9 % sur ceux de la Gartempe etde l’Arroux.Sur le bassin Allier, des déversements ont, pour la première fois, été effectués sur les Couzes et la Senouire, et ce, malgré l’avis défavorable de certains Présidents d’AAPPMA notamment sur la Senouire

   D’après Logrami (Recueil de données 2016) le taux d’implantation des alevins sur le bassin de l’Allier serait six fois supérieur à celui de la Gartempe.

   Conformément au souhait formulé par l’Association Vive l’Alagnon, toute la rivière Alagnon est devenue, comme l’amont de Poutès sur l’Allier, une zone sanctuaire dédiée à la reproduction naturelle du saumon. Rappelons qu’en terme de productivité cet affluent représente 16% du bassin de l’Allier (ERR). Avec des taux actuels de renouvellementbien inférieur à 1, on peut logiquement s’attendre à une baisse significative des retours de saumon sur cette rivière à partir de 2020 et donc également à Vichy. En effet d’après Legrand et Prevost (2016) la contribution des repeuplements dans les retours d’adulte est de plus de 2/3 pour les 15 dernières années.

   Suite aux recommandations et au nouveau marché, l’effort de repeuplement sur le bassin de l’Allier est en très forte diminution. En effet celui a été divisé par trois en 5 ans. Avec une surface totale productive sur le bassin de l’Allier en amont de Vichy de 3.3 millions de m² pour 490 000 alevins déversés, seulement 15 % des surfaces des faciès productifs sont donc utilisés.

  Sur l’Allier, en amont de Vichy, la participation des alevins issus de déversement aux retours d’adultes serait de l’ordre de 40 % (2008) à 46 % (2009) selon EVANNO (INRA) et d’environ 70 % ces 15 dernières années selon LEGRAND et PREVOST Logrami, INRA). On est donc très proche ou au-dessus du maximum préconisé par l’INRA (50%).

 

  Depuis 15 ans, 93.7 % du contingent migrant à Vichy (et non capturé par le CNSS) permet le retour la génération suivante d’environ 50 % à 30 % des adultes. On peut donc estimer que sur une population stable de 700 individus, 657 géniteurs en amont de Vichy (44 en moyenne sont capturés par le CNSS pour le repeuplement) donneront environ de 329 à 210 adultes la génération suivante. Cette réalité est malheureusement confirmé dans le rapport sur l’Analyse de la viabilité de une population de saumon sauvage dans le bassin de l’Allier puisqu’il conclu que sous les mêmes conditions environnementales et sans repeuplement, la population sauvage de saumon serait sur la route d’une quasi extinction.

On est donc bien loin de l’objectif central du Plagepomi pour le saumon qui est de garantir la pérennité de la population et d’aboutir à terme à une population autonome.